Titre en 1966
Phenix en 1966

Généralités

Couverture du numéro 1 Phénix débute comme un bulletin de liaison entre membres de la SOCERLID mais dans un style bien plus ambitieux que le GiffWiff du début du Club de la Bande Dessinée. Claude Moliterni, fondateur de la revue en est aussi l’esprit sinon la lettre. Scénariste, rédacteur en chef, auteur de romans policiers et de pièces radiophoniques, directeur de collection, il est omniprésent dans la revue où ses articles consistent essentiellement en comptes rendus de Salon, d’expos ou d’interviews. La revue vit différentes phases au cours des années et il est intéressant de les observer car elles suivent – ou précèdent et influent même parfois – l’évolution du genre. Moliterni ne semble pas intéressé par une réelle analyse du médium BD. Ce serait plutôt la nostalgie et une certaine propension à imposer ses propres créations qui semble être le moteur de son activisme.

Dans les premiers numéros on trouve un article rétrospectif des soixante-dix ans de la BD, signé Maurice Horn et des articles sur Milton Caniff, Little Nemo, Alain Saint-Ogan, Blake et Mortimer ou Alex Raymond. Ce n’est qu’à partir du numéro 8, fin 1968, que la revue commence à s’intéresser à ce qui fait bouger la BD en profondeur et dans le présent plutôt que dans le passé, en publiant une interview de Marcel Gotlib et un récit complet de Gigi, mais ce dernier a pour scénariste Claude Moliterni, ceci pouvant expliquer cela même si Robert Gigi est un des dessinateurs dont le graphisme est le plus jubilatoire à cette époque…

Comme le fait remarquer Thierry Groensteen (CBD 62), Phénix, en multipliant les articles sur Hergé (douze), Jacobs (neuf) et Martin (cinq) contribue à faire de ce trio des classiques et maîtres incontournables de la BD européenne. Seul Franquin égale ces trois-là en nombre d’articles parus (cinq également). Mis à part quelques petites notes de lecture, pas un seul vrai article de fond sur Astérix ! Ainsi Phénix fait en quelque sorte la pluie et le beau temps dans le monde de la bande dessinée, et ce, pendant des années.

La revue s’est donc d’abord préoccupée de faire plaisir à ses membres, certainement nombreux à être nostalgiques de leurs lectures de jeunesse, avant de faire un vrai travail de défrichage et d’apport critique sur le sang neuf qui bouscule les conventions. Les rôles entre les différents rédacteurs sont assez clairement définis, visiblement selon leurs propres passions et intérêts. Et même si de jeunes membres amènent rapidement un ton nouveau – surtout Jean-Pierre Dionnet qui est le premier à parler des comics, de l’underground et des super-héros américains dans la revue – les anciens sont là et continuent de disserter sur leurs héros personnels. Henri Filippini, Yves Frémion, Numa Sadoul font aussi partie de cette nouvelle génération de critiques et auront tous, plus tard, des rôles importants dans le milieu de la BD.

Phénix démarre en 1966 avec un tirage de trois mille exemplaires et passe à trente mille à l’époque où il est repris par Dargaud au numéro 28 en 1973. Ce changement d’éditeur entraîne un changement énorme dans le contenu puisque la revue publie alors autant de BD que de rédactionnel. Cela provoque aussi un grand changement dans la perception qu’a le public de la bande dessinée. De nouveaux amateurs trouvent à leur disposition, en kiosque ou chez leur buraliste des textes qui parlent sérieusement de leur passion. Les lecteurs vont pouvoir commencer à réfléchir sur celle-ci et non plus seulement la consommer sans modération… Cette période de la revue n’est pas la plus intéressante sur le plan rédactionnel mais son importance est capitale par cette diffusion étendue qui la sort du fanzinat.

Si Phénix n’est pas encore la revue d’études sur la BD que seront les Cahiers de la Bande dessinée ou Neuvième Art (la superbe revue du Centre National de la Bande Dessinée d’Angoulême) elle est tout de même une revue d’historiographe et d’analyse qui a permis à de nombreux lecteurs de découvrir d’autres facettes d’un art qu’ils aiment. Phénix a grandement participé à faire de la BD un genre admis et pris au sérieux. Et ce côté sérieux elle le doit essentiellement à Pierre Couperie qui est de fait le premier vrai historien de la bande dessinée, pointilleux sur la vérification des sources, n’acceptant pas les erreurs de dates ou de noms et qui veut relier la bande dessinée à l’Histoire de l’Art en général. Ce sérieux et ce côté méticuleux, d’autres vont le reprendre, et le défrichage et l’archivage de données peuvent ainsi commencer.

Un seul numéro paraît en 1966. Il a 32 pages de format 27 sur 18,5 cm. Il est vendu 4,50 Francs.

Séries publiées ou citées dans l’année

Bringing up Father, Little Nemo, Male Call, Saturne, Scarlett Dream, Steve Canyon, Terry et les pirates

Auteurs de l’année

????, Caniff, Couperie, Destefanis, François, Gigi, Horn, Le Gallo, Mc Cay, McManus, Moliterni

Séries à suivre

Pas de série à suivre débutant dans cette période

Rédactionnel

Rédactionnel de l’année :

Détail des numéros

Couverture du numéro 1
Numéro 1 (01/10/1966) 32 pages - Complet
Type Série ou
rubrique
Titre Auteurs
Couverture Bringing up Father   McManus
Sommaire      
Rédactionnel   Avant-propos ????
Rédactionnel   70 années de bandes dessinées Horn
Rédactionnel   Alain Saint-Ogan ou la science-fiction inconnue François
Nouvelle   Truand à la manque Horn, Moliterni
Strip Saturne   Le Gallo
Rédactionnel Little Nemo Little Nemo au Metropolitan Museum Moliterni
Extrait 2p Little Nemo   Mc Cay
Rédactionnel Scarlett Dream Connaissez-vous Scarlett Dream Gigi, Moliterni
Nouvelle   Mister Ball Moliterni, Le Gallo
Strip Terry et les pirates   Caniff
Rédactionnel Terry et les pirates Terry et les pirates Moliterni
Rédactionnel Steve Canyon Steve Canyon Destefanis
Extrait 1p Steve Canyon   Caniff
Rédactionnel Steve Canyon Comment j’ai créé Steve Canyon Caniff
Rédactionnel Male Call Male Call Couperie
Strip Male Call Male Call Caniff
Pub   Musée de la la bande dessinée ????

Merci à Christian Staebler qui a réalisé la description de tous les numéros et la présentation de cette année.